Pourquoi je ne vais plus à l’église

Loin de moi l’idée de fustiger une église. J’ai eu l’occasion de fréquenter plusieurs assemblées de chrétiens et avec le temps, plusieurs pratiques m’ont semblées étranges. Il y’a un peu plus d’un an environ, j’ai commencé à ressentir le besoin de partir mais j’ai préféré prendre mon temps. J’ai choisi d’écrire sur ce sujet assez personnel pour partager mon sentiment (mais aussi pour ceux qui ont voulu savoir). J’aborde plusieurs points qui me paraissent pertinents mais la liste n’est pas exhaustive.

Poursuivre la lecture « Pourquoi je ne vais plus à l’église »

Publicités

Les hommes devraient se révolter

Comment garder son homme ? Voici une question à la laquelle chaque génération a tenté d’apporter une réponse. Plusieurs astuces sont évoquées allant parfois dans le sens de la magie et autres pratiques mystérieuses. Les femmes ont leur méthodes, les hommes tentent de donner leur point de vue, les parents aussi en savent quelque chose. Quand à l’efficacité de tout cela, elle demeure relative.

Poursuivre la lecture « Les hommes devraient se révolter »

Pour nos enfants…

loveLes pensées modèlent une personne. Cependant, la vue détermine très souvent les pensées donc ce que nous sommes et seront. Que voyons-nous aujourd’hui?

La belle femme est celle qui a une (grande) partie de son corps dénudée. Qui est taillée comme une guitare (les autres peuvent et doivent tout ingurgiter pour y arriver) avec une couleur de peau chimiquement modifiée.

Poursuivre la lecture « Pour nos enfants… »

Fuite en avant… collective

Je me suis rendue au plateau le 30 Avril dernier. J’y avais une séance de travail, dans l’une des tours. Dans l’ascenseur nous n’étions qu’une maigre dizaine à l’aller. J’étais tenter de dire « ouf, aujourd’hui, il y a moins de monde ». A nouveau dans l’ascenseur pour le départ cette fois, c’est comme si tout le plateau s’y était donné rendez-vous. Précisément dans l’ascenseur où je me trouve. Poursuivre la lecture « Fuite en avant… collective »

(À) ces pages déchirées

91800716_oLa mort n’est pas une grande faucheuse. Elle aussi a une mission dans nos vies… Elle est à l’homme ce qu’une dernière page est au livre. Quand on lit un ouvrage, aussi intéressant soit-il, il a une fin. La vie d’un Homme est comparable à un livre. Un début, une histoire, la fin.

Imaginons un livre qu’on achète. Combien est-ce désagréable de constater qu’une main étrangère aurait déchiré ou supprimé la fin. On peut donc se retrouver à une péripétie croustillante et constater que les dernières pages manquent. Je ne sais pas pour vous mais moi, cela me met hors de moi. Et l’histoire (inachevée) ne me quitte que plusieurs jours après; me laissant un arrière-goût amer.

Poursuivre la lecture « (À) ces pages déchirées »

Debout payé. Mon regard

Gauz

Debout-Payé. 10 chapitres rédigés, immortalisés, cadrés, montés, réalisés par Gauz et hébergés par les éditions du Nouvel Attila. Le roman compte 172 pages. Dès l’entame du texte, le décor parisien est planté ; Champs Elysées, Sephora Camaïeu… L’auteur lui est d’origine ivoirienne, exerce plusieurs métiers, dont la photographie, la rédaction, le documentaire… Pendant quelques années, il a travaillé comme vigile aussi en France où il se rend avec l’idée d’y faire des études. Mais il finit par exercer plusieurs petits métiers, pour survivre.  Aujourd’hui, de nationalité Française, il a connu les difficultés liées à la vie des sans-papiers.

Poursuivre la lecture « Debout payé. Mon regard »